Anti Age Care Instituts, Genève, Botox, Esthétique, Acide Hyaluronique, Fillers, Peeling, Laser, Rajeunissement, Acupuncture, Pilatus, Jovanovic
Tél. 004122 346 33 63
Esthétique
Traitement Botox
Fillers(Hyualoronique)
Médecine Anti-âge
Détoxification
Hormones (DHEA...)
Libido sexualité
Immunité
Arrêt du tabac
Perte de poids
Qui sommes-nous?
Prix
Nous trouver...
Espace Vente
 

Introduction:

Le point de Gräfenberg , communément appelé le « point G », désigne une zone du vagin, dont la stimulation provoque un orgasme particulièrement intense chez la femme. Cette zone fortement érogène est située dans la paroi antérieure du vagin.

Le plaisir féminin peut être divisé principalement en un plaisir clitoridien (acquit souvent depuis les premier âge) et le plaisir vaginal (d'apparition plus tardive, s'acquiert avec l expérience, et n est pas toujours présent mais jugé plus intense que le clitoridien).

Les structures qui pourraient correspondre au ne sont pas connues avec précision. Elle pourrait correspondre à l'équivalent de la prostate chez la femme.

L'injection de cette zone peut augmenter  le plaisir provoqué par le rapport. Il permet probablement une mise sous tension des structures richement innervé de ce point, et les rend donc très "réceptive".

Notre équipe a été entrainée par le Dr Matlock, fondateur de la méthode à Los Angeles et possède tout les diplômes pour pouvoir les injecter de manière efficace et sûr.

Localisation du :

La seule certitude est que le vagin possède des zones, le plus souvent sur sa paroi antérieure, dont la stimulation tactile est intensément érogène et peut conduire à l'orgasme.

Le féminin, est une zone située dans la paroi antérieure du vagin à 1 - 4 cm de profondeur. Il a la forme d'une petite boule palpable de moins d'un centimètre qui augmente de taille lors d'une stimulation.

Le a la capacité de réagir en se gonflant quand il est stimulé avec un doigt ou avec le pénis. La stimulation de cette zone peut provoquer des sensations intenses et favoriser la montée de l'excitation sexuelle.

(Wikipédia)

 

Introduction:

Le point de Gräfenberg , communément appelé le « point G », désigne une zone du vagin, dont la stimulation provoque un orgasme particulièrement intense chez la femme. Cette zone fortement érogène est située dans la paroi antérieure du vagin.

Le plaisir féminin peut être divisé principalement en un plaisir clitoridien (acquit souvent depuis les premier âge) et le plaisir vaginal (d'apparition plus tardive, s'acquiert avec l expérience, et n est pas toujours présent mais jugé plus intense que le clitoridien).

Les structures qui pourraient correspondre au ne sont pas connues avec précision. Elle pourrait correspondre à l'équivalent de la prostate chez la femme.

L'injection de cette zone peut augmenter  le plaisir provoqué par le rapport. Il permet probablement une mise sous tension des structures richement innervé de ce point, et les rend donc très "réceptive".

Notre équipe a été entrainée par le Dr Matlock, fondateur de la méthode à Los Angeles et possède tout les diplômes pour pouvoir les injecter de manière efficace et sûr.

Localisation du :

La seule certitude est que le vagin possède des zones, le plus souvent sur sa paroi antérieure, dont la stimulation tactile est intensément érogène et peut conduire à l'orgasme.

Le féminin, est une zone située dans la paroi antérieure du vagin à 1 - 4 cm de profondeur. Il a la forme d'une petite boule palpable de moins d'un centimètre qui augmente de taille lors d'une stimulation.

Le a la capacité de réagir en se gonflant quand il est stimulé avec un doigt ou avec le pénis. La stimulation de cette zone peut provoquer des sensations intenses et favoriser la montée de l'excitation sexuelle.

 

Localisation du point  (version vidéo anglaise):

http://www.youtube.com/watch?v=hwJElbadlK0&has_verified=1

 

Localisation du point  (version vidéo anglaise):

http://www.youtube.com/watch?v=hwJElbadlK0&has_verified=1

Indications:

  • Désir d'augmenter le plaisir vaginal
  • Perte de toute sensation de plaisir vaginal
  • Absence de tout temps de plaisir vaginal (Apprentissage)

Produits Utilisés:

La base du traitement est l'acide hyaluronique. Composant essentiel de la peau. Il est utilisé essentiellement dans le traitement des rides du visage ou comme voluminisateur. On peut l injecter dans la paroi vaginale de façon pratiquement indolore. Il est important que le produit soit de bonne qualité et qu' il soit voluminisateur.

Déroulement:

La patiente  est d'abord examine de la même façon qu' un contrôle gynécologique. Nous excluons toute contre indication. Après mise en place d'un speculum stérile, nous injection l acide hyaluronique au . L'injection dure pas plus de 1 minute.

Contre Indications:

  • Infection vaginale.
  • Rares allergies à l'acide hyaluronique
  • Cancer gynécologique
  • Grossesse

Article  Femina  - 24/09/2006

, Docteur je le veux!

«Quand j'ai entendu parler de cet aphrodisiaque sans calorie, je n'ai pas eu d'hésitation et j'ai posé la question à mon gynécologue. Après l'intervention, j'ai eu un début d'orgasme dans le bus tellement «mon bouton doré» était stimulé», raconte Elena*, la cinquantaine enjouée. Intervention? «Bouton doré»? C'est qu'il est désormais possible d'amplifier le par injection d'acide hyaluronique. Une méthode analogue à celle de la chirurgie esthétique destinée au comblement de rides. Le principe est simple: gonfler la zone et le volume du fameux point G, situé dans la paroi antérieure du vagin, à 4 ou 5 cm de la vulve. Plus de volume, plus de plaisir. Le procédé a été développé en Californie, dès 2001, sous l'impulsion du médecin David Louis Matlock, surnommé par certains «le Picasso du vagin».

Mais revenons un peu en arrière, à l'existence même de ce fameux si controversé, pour des raisons souvent moins médicales qu'idéologiques. Ce que l'on sait: scientifiquement, il existe, chez la majorité des femmes, une zone particulièrement innervée ??et donc très sensible ??aux tissus un peu rugueux et spongieux. Mais là s'arrêtent les consensus et commencent les hypothèses. Pour certains, il s'agirait de glandes para-urétrales; d'autres pensent que ce serait le prolongement du clitoris dans le vagin; d'autres encore assimilent ce point à «une prostate embryonnaire». Empiriquement, en tout cas, des études américaines ont constaté que le avait des pouvoirs antidouleur lors de l'accouchement.

Si l'approche scientifique n'a guère été plus loin, c'est que cette mythique zone de plaisir s'emmêle dans un incroyable fatras idéologique. Plusieurs fantasmes lui sont attachés, notamment celui (merci Platon?) qui postule que toute femme l'ayant découvert deviendrait nymphomane. A l'inverse, certains courants féministes américains voient dans cette idéalisation du un retour à Freud et à sa hiérarchie des plaisirs féminins: l'orgasme clitoridien jugé mineur, incomplet, face au plaisir vaginal, le seul réservé «aux vraies femmes.» Les conservateurs quant à eux n'ont jamais vu d'un bon ?il que le vagin puisse servir à autre chose qu'à la procréation. Bref, parler du , c'est ouvrir la boîte de Pandore.

Reste que celles qui l'ont trouvé ne cessent de s'en féliciter? Faut-il dès lors, dans le doute, se précipiter chez son gynécologue et réclamer une (ré) animation de toute cette zone sensible? Ce serait trop simple. Selon des statistiques citées par le Dr Benet, médecin esthétique français, «16% des femmes n'ont pas de du tout». On pourrait les reconnaître à une élasticité, un rebondi, un peu différent dans cette zone. Pour ces femmes, l'intervention serait donc inutile. Et pour les autres? Si le participe sans doute au plaisir, il n'en est pas le seul et exclusif ingrédient. «Une femme n'est pas une machine, et il serait dommage de normaliser la jouissance féminine qui peut avoir plusieurs expressions, y compris en dehors des zones érogènes», sourit le gynécologue genevois Stevan Jovanovic, l'un des rares en Suisse romande à pratiquer cette intervention indolore. Il faut donc tenir compte de deux paramètres quand on gonfle le . Le premier est mécanique: stimuler cette zone très innervée. «Mais le second paramètre ??psychologique ??est tout aussi important, poursuit Stevan Jovanovic. Le plaisir relève aussi de la relation avec son partenaire, de sa confiance en soi, de son rapport au corps. Il a aussi une dimension symbolique: que s'autorise-t-on par rapport à ses propres interdits? Quelles émotions recherche-t-on? Le n'est qu'une partie d'un tout».

En gros, disons que l'intervention sur la zone de plaisir est surtout destinée à deux types de femmes: les a-orgasmiques chez qui l'on essaye de faire naître l'orgasme; et celles qui, ayant une vie sexuelle épanouie, ont juste envie d'intensifier leur plaisir. «Pour celles-ci, poursuit le Dr Stevan Jovanovic, la sexualité clitoridienne est acquise, mais la sexualité vaginale s'apprend et cela peut prendre du temps. Il ne faut toutefois pas le proposer aux femmes qui sont contentes de leur sexualité actuelle au risque de les rendre «anormales» si elles n'éprouvent pas de plaisir vaginal. Le n'est qu'une des multiples manières d'arriver à l'orgasme.» Même avis chez la gynécologue Christine Vahdat, qui pratique cette intervention à Paris: «Les effets sont aussi très bons sur les mères qui se plaignent de ne plus éprouver le même plaisir qu'avant leur accouchement.»

Un remède contre la routine qui peut s'adresser à toutes les femmes qui aiment l'amour, à tout âge, ménopausées ou non. Elena confirme: «Je me suis offert ce nouveau jouet comme cadeau de Noël. Je prends davantage de plaisir et mon partenaire le sent aussi, du coup, il m'en donne encore plus. Je le recommande d'autant plus que cela ne fait vraiment pas mal.» Du coup, Elena s'est présentée pour un second traitement?

Concrètement, l'intervention, indolore, se pratique en ambulatoire, dans le cabinet du médecin et coûte moins de 1000 francs. Les effets s'en font sentir quelque six à huit mois et dans 90% des cas, selon le Dr Jovanovic, l'intervention est réussie. En outre, le procédé offre l'avantage d'être réversible, en cas de non-satisfaction. La demande? En augmentation, il va sans dire. Depuis quatre ans qu'il la pratique, Stevan Jovanovic constate un réel intérêt. Pourtant, le sujet

est encore tabou en Suisse et les médecins rechignent un peu à en parler. Peut-être parce que la notion de plaisir dans la sexualité féminine n'est pas encore 100% assumée. «Alors qu'il existe plus d'une quinzaine de médicaments pour parer aux troubles orgasmiques chez l'homme, rien n'est prévu pour la femme. L'augmentation du en est un. Les femmes ont atteint la liberté dans leur travail, dans l'éducation de leurs enfants, pourquoi ne pas leur permettre de la gagner dans leur sexualité?» commente le gynécologue.

*?Prénom d'emprunt.

Fabienne Rosset

 



Promotion/Offre
Cellulite
Hypnose Médicale
Médecine naturelle
Acupuncture
Cheveux
Repousse avec LED
Greffe de cheveux
Esthétique dentaire
Sourire merveilleux
Blanchissement
Ablation amalgame
Parodontite
Sport
Power-Plate
Vacustep / Miha
  haut de la page